Journée internationale des droits de l’enfant du 20 novembre

De l’indignité de la République en matière scolaire !
jeudi 20 novembre 2014
popularité : 29%

A l’heure de la célébration des 25 ans de la Convention internationale des Droits de l’Enfant (CIDE), le chiffre de 121 000 SDF dont 31 000 enfants, en augmentation de 44% depuis 2001, résonne comme une indignité terrible dans notre République. D’autant plus qu’à cela s’ajoutent la précarité et la pauvreté, parfois extrêmes, qui frappent 2,7 millions d’enfants.
Cela se traduit souvent pour eux par une triple peine, quand au delà des privations matérielles, leur droit fondamental à l’éducation et à l’école qui est piétiné.
C’est le cas pour des milliers d’enfants – Roms pour beaucoup - que certaines mairies continuent de discriminer, en refusant leur inscription à l’école, mais aussi à la cantine et/ou aux centres de loisirs .

C’est indigne de notre République !

Comment avoir un parcours scolaire « normal », lorsque l’on est ballotté de terrain en terrain ou de stuctures provisoires en hôtels d’accueil sociaux ?
Quel droit à l’éducation lorsque l’école de proximité, avec des enseignants référents et des camarades de classe, est de fait rendu hors de leur portée ?
Pour les enfants et les jeunes, l’éducation est le levier essentiel de l’émancipation, de l’insertion sociale et professionnelle. Leur interdire ou restreindre l’accès à leurs droits fondamentaux au logement, à la santé, et à l’éducation, c’est compromettre leur avenir.
La FCPE 94 appelle donc l’Etat à assumer pleinement sa responsabilité de garant de la solidarité nationale et à prendre des mesures urgentes de lutte contre la pauvreté et le mal-logement.
Elle exige la fin de la chasse aux sans papiers, ainsi que l’arrêt des rétentions inhumaines, dont celle des enfants.
Il faut aussi que cessent les discriminations et le racisme dont sont notamment victimes les familles Roms.
Notre fédération demande la stricte application de la Convention des Droits de l’Enfant ratifiée par la France il y a 25 ans. Leurs droits dits protection comme leurs droits dits libertés (expression, conscience, opinion...) doivent être respectés.
Les pouvoirs publics doivent, dans ce cadre, se donner les moyens d’assurer l’accueil et l’accompagnement scolaire, social et sanitaire de tous les enfants et jeunes dans les écoles de la République.

Le CDPE 94
Villejuif, le 20 novembre 2014


Documents joints

Journée internationale des droits de l'enfant (...)
Journée internationale des droits de l'enfant (...)
Journée internationale des droits de l’enfant 20 novembre 2014 DECLARATION De l’indignité de la (...)